mercredi 31 octobre 2012

Sublimez vos communications avec de petits riens

Je vous propose de redécouvrir une technique (presque) vieille comme le monde pour rendre votre communication beaucoup plus dynamique, beaucoup plus esthétique et au final beaucoup plus remarquable. Il s'agit (ne rigolez pas) des bons vieux GIF animés. Oui, oui, j'ai bien dit GIF animés. Ceux qui sont nés dans les années 80 et qui consistent tout simplement à enchainer plusieurs images fixes dans un même fichier (les fameux GIF) pour permettre l'illusion d'une courte vidéo ou d'une animation répétitive.
Voici d'ailleurs un exemple de ces animations à couper le souffle ...


Bon d'accord, la technologie actuelle nous a habitués à des choses beaucoup plus impressionnantes et vous pensez sans doute que ces GIF animés sont à présent d'une autre époque et que je suis forcément bien ringard pour oser prétendre que leur utilisation va révolutionner votre communication.

Et bien, c'était sans compter sur un certain nombre d'artistes, photographes pour la plupart, qui ont récemment donné une seconde jeunesse à cette technique sans en changer la moindre virgule. Juste un petit peu plus d'inspiration et de bonnes idées et les résultats sont tout simplement bluffants ...

A vous d'en juger :















Au fait, on a donné un nom à ces petites animation : des cinémagraphes.

lundi 29 octobre 2012

Les entreprises les plus innovantes de l'année

Le magazine Forbes a édité en septembre dernier, et ce pour la deuxième année, son classement des entreprises mondiales les plus innovantes.
Ce classement est basé sur un algorithme (baptisé HOLT), écrit en collaboration avec l'université de Harvard, qui utilise ce qu'on appelle la prime à l'innovation

Cette prime à l'innovation est d'abord calculée en projetant les revenus d'une entreprise (flux de trésorerie, dans ce cas) provenants de son activité existante, ainsi que la croissance anticipée de ces mêmes activités sur les 2 prochaines années. Cette première étape fournit la valeur actuelle nette (VAN) des flux de trésorerie. HOLT projette ensuite les futurs flux de trésorerie sur les 38 prochaines années ! Cette projection est rendue possible grâce à l'analyse des flux de trésorerie historiques de plus de 45.000 entreprises. Ce concept incarne la notion communément admise que la concurrence est la seule constante durable dans les marchés libres (ainsi que l'a énoncé Schumpeter dans son concept de«destruction créatrice») et que le changement technologique et la dynamique des marchés militent tous deux contre la persistance de rendements trop élevés.
Voici, donc le classement de Forbes, basé sur l'obtention de la prime à l'innovation la plus élevée :

1. Salesforce.com (USA), cloud computing
2. Alexion Pharmaceuticals (USA), bio pharmacie
3. Amazon.com (USA), portail web
4. Red Hat (USA), logiciels open sources
5. Baidu (Chine), moteur de recherche Internet
6. Intuitive Surgical (USA), appareils chirurgicaux
7. Rakuten (Japon), commerce électronique
8. Edwards LifeSciences (USA), technologies de traitements cardiovasculaires
9. Larsen & Toubro (Inde), Ingénierie et construction
10. ARM Holdings (UK), microprocesseurs et logiciels
...
15. Pernod Ricard (France), vins et spiritueux
...
24. Google (USA), moteur de recherche Internet
25. Danone (France), agroalimentaire
26. Apple (USA), ordinateurs et électronique de loisirs
...
28. Essilor (France), optic
...
34. L'Oreal (France), cosmétiques
...
40. Dassault Système (France), logiciels
41. Technip (France), Ingénierie pétrolière
...
71. LVMH (France), luxe et spiritueux
...
88. Christian Dior (France), mode
...
96. Air Liquide (France), énergie


A noter que les entreprises américaines, en plus de truster les 4 premières places et d'être au nombre de 6 dans les 10 premières, apparaissent au total 43 fois parmi les 100 premières.
La France est le deuxième pays le mieux classé, derrière les Etats-Unis donc, avec 9 entreprises parmi les 100 premières.
Le Japon est nommé 8 fois, la Chine 7 fois, l'Allemagne 6, l'Inde 5, et la Suisse 4, tout comme la Grande Bretagne.
Apple passe de la 5ème place l'an dernier à la 26ème cette année, et Google de la 7ème à la 24ème.

mercredi 17 octobre 2012

Partager pour sortir de la crise



En cette période d'extrême agitation économique et politique, illustrée par bien des maux et mots plus ou moins compris, décortiqués, aigus ou couverts, je me suis souvenu d'un article écrit en janvier de l'année dernière par l'illustre Michael Porter, professeur de management à Harvard.



Mr Porter pense que le seul moyen de retrouver innovation et croissance passe par le partage. Il a énormément observé des organisations telles nos clusters ou pôles de compétitivité en Europe, et est arrivé à la conclusion que les entreprises, pour pouvoir à la fois retrouver efficacité et considération, devraient s'inscrire dans un modèle où le partage de ressources, mais aussi de revenus, serait la clé de voute de leur organisation.

C'est ainsi que Mr Porter nous parle d'un monde où l'économie deviendrait suffisamment mature pour reconnaître que de s'occuper des aspects sociaux, environnementaux, sociétaux et équitables (ce qu'il appelle le partage) peut aussi être source de profits durables pour les entreprises qui se montreraient alors compatibles avec une forme de dérégulation propice à la création de valeurs pour tous et non plus pour une minorité.

Je vous livre ici une traduction du résumé de son article, publié dans le magazine Harvard Business Review de janvier 2011. Très intéressant ...

"
Le système capitaliste est en état de siège. Ces dernières années, le monde des affaires a été considéré comme une cause majeure de problèmes sociaux, environnementaux et économiques. Les entreprises sont largement perçues comme étant prospère au détriment de l'ensemble de la communauté.

Pire encore, plus le business a commencé à entacher la responsabilité des entreprises, plus il a été blâmé pour les échecs de la société. La légitimité de l'entreprise a chuté à des niveaux jamais vus dans l'histoire récente. Cette perte de confiance a conduit les dirigeants politiques à établir des règles qui sapent la compétitivité et la croissance économique. Le monde des affaires est pris dans un cercle vicieux.

Une grande partie du problème réside dans les entreprises elles-mêmes, qui restent prises au piège dans une approche dépassée de création de valeur qui a émergé au cours des dernières décennies. Ces entreprises continuent à voir la création de valeur restrictive, l'optimisation de rendement à court terme dans une bulle financière tout en passant à côté des besoins des clients les plus importants et en ignorant les influences plus larges qui déterminent leur réussite à long terme. Comment les entreprises pourraient-elles agir sur le bien-être de leurs clients, sur l'épuisement des ressources naturelles vitales pour elles, sur la pérennité des fournisseurs clés, ou sur la détresse économique des communautés pour lesquelles elles produisent et vendent ? Comment les entreprises ont-elles pu penser que le simple déplacement de leurs activités vers des lieux où les salaires sont toujours plus bas, était une solution durable vis à vis des problèmes concurrentiels ? Les gouvernements et la société civile ont souvent aggravé le problème en tentant de remédier aux faiblesses sociales des entreprises. Le présumé compromis entre l'efficacité économique et le progrès social a été institutionnalisé dans des décennies de choix politiques.

Les entreprises doivent prendre l'initiative de se réconcilier  avec la société. Les dirigeants ont commencé à le reconnaitre, et des éléments prometteurs d'un nouveau modèle émergent. Pourtant, il nous manque encore un cadre global pour guider ces efforts, et la plupart des entreprises restent coincées dans un état d'esprit de "responsabilité sociale" dans lequel les questions sociétales sont à la périphérie, et non pas au coeur de leurs préoccupations.

La solution réside dans le principe de la valeur partagée, qui implique la création de valeur économique d'une manière qui puisse créer également de la valeur pour la société en s'attaquant à ses besoins et défis. Les succès de l'entreprise doivent ainsi se reconnecter avec le progrès social. Cette valeur partagée n'est pas une forme de responsabilité sociale, de philanthropie, ou même de durabilité, mais une nouvelle façon d'atteindre la réussite économique. Ce n'est pas en marge de ce que les entreprises font, mais au coeur. Nous pensons que cela peut donner lieu à la prochaine transformation majeure de la façon de faire du business.

Qu'est-ce que la «valeur partagée» ?
Un nombre croissant d'entreprises connues pour leur impitoyable approche business -telles que GE, Google, IBM, Intel, Johnson & Johnson, Nestlé, Unilever et Wal-Mart- ont déjà entrepris des efforts importants pour créer de la valeur partagée en repositionnant l'intersection entre la société et la performance des entreprises. Pourtant, notre reconnaissance de la puissance transformatrice de valeur partagée est encore dans ses balbutiements. Nous sommes conscients qu'il faudra que dirigeants et gestionnaires développent de nouvelles compétences et connaissances, comme une appréciation beaucoup plus profonde des besoins de la société, une meilleure compréhension des bases réelles de la productivité, et la capacité de collaborer au-delà des frontières à but purement lucratif. Et le gouvernement doit apprendre à réguler de façon à autoriser la création de cette valeur partagée plutôt que de travailler contre elle.

Le capitalisme est un véhicule sans précédent pour répondre aux besoins de l'homme, en améliorant l'efficacité, la création d'emplois et la création de richesse. Mais une conception étroite du capitalisme a empêché l'entreprise de tirer parti de son plein potentiel pour répondre à des défis plus larges de la société. Les occasions ont été là tout le temps, mais ont été négligés. Les entreprises qui agissent comme des entreprises, et non comme des organismes caritatifs, sont la force la plus puissante pour faire face aux problèmes urgents auxquels nous sommes confrontés. Il est désormais temps de mettre en place une nouvelle conception du capitalisme ; les besoins de la société sont énormes et en croissance, tandis que les clients, les employés, et une nouvelle génération de jeunes demandent que les entreprises décollent.

Le but de la société doit être redéfini comme visant la création de valeur partagée, et non le seul profit individuel. Cela entraînera la prochaine vague d'innovation et de croissance de la productivité dans l'économie mondiale. Il sera également question de remodeler le capitalisme et sa relation avec la société. Et sans doute, le plus important de tout, il convient d'apprendre à créer de la valeur partagée afin de légitimer à nouveau le monde des affaires.


Au-delà des compromis
Les entreprises et la société ont été dressés les unes contre les autres depuis trop longtemps. C'est en partie parce que les économistes ont légitimé l'idée que pour offrir des avantages sociaux, les entreprises doivent tempérer leur réussite économique. Dans la pensée néoclassique, une exigence d'amélioration sociale, telles la sécurité ou l'embauche d'handicapés, impose une contrainte aux entreprises. L'ajout d'une telle contrainte pour une entreprise qui a déjà maximisé ses profits, selon la théorie, va inévitablement augmenter ses coûts et réduire ses bénéfices.

Un concept connexe, menant à la même conclusion, réside dans la notion d'externalités. Les externalités surviennent lorsque les entreprises créent des coûts à la société qu'ils n'ont pas à supporter, comme par exemple la pollution. Ainsi, la société doit imposer des taxes, des réglementations et des sanctions afin que les entreprises «internalisent leurs externalités», croyances qui influencent de nombreuses décisions politiques des gouvernements.

Ce point de vue a aussi façonné les stratégies des entreprises elles-mêmes, qui ont largement exclu les considérations sociales et environnementales de leur pensée économique. Les entreprises ont pris le large contexte dans lequel elles exercent leurs activités en tant que norme donnée et ont résisté à la réglementation comme toujours contraire à leurs intérêts. La résolution des problèmes sociaux a été cédée aux gouvernements et aux ONG. Des programmes de responsabilisation des entreprise, en réaction à la pression extérieure, ont vu le jour en grande partie pour améliorer la réputation des entreprises et sont traités comme une dépense nécessaire. Ceci est considéré par beaucoup comme une utilisation irresponsable de l'argent des actionnaires. Les gouvernements, pour leur part, ont souvent réglementé d'une manière qui rend la notion de valeur partagée plus difficile à réaliser. Implicitement, chaque côté a supposé que l'autre est un obstacle à la poursuite de ses objectifs et a agi en conséquence.

Brouiller la frontière entre bénéfices et but non lucratif
Le concept de valeur partagée, en revanche, reconnaît que les besoins de la société doivent être pris en compte, et pas seulement les besoins économiques classiques tels que définis par les marchés. Il reconnaît également que les dommages sociaux ou les faiblesses créent fréquemment des coûts internes pour les entreprises, tels ceux liés au gaspillage d'énergie ou de matières premières, ou aux accidents coûteux, et requièrent alors la nécessité d'actions correctives pour compenser les insuffisances en matière d'éducation. Et aborder les torts causés et les contraintes liées à la société ne signifie pas nécessairement une augmentation des coûts pour les entreprises, car elles peuvent au passage innover en utilisant de nouvelles technologies, des méthodes de fonctionnement et des méthodes de gestion appropriées et, par conséquent, accroître leur productivité et élargir ainsi leurs marchés.
"


vendredi 12 octobre 2012

Un designer sans limite

Vous cherchiez une vraie façon d'être différent ? Et bien inspirez-vous donc de Robert Rickhoff. Ce designer allemand ne connait visiblement aucune limite à l'expression de son talent.

Voici un petit florilège de ses propositions :
















Et j'ai gardé le plus beau pour la fin :

video

Et beaucoup plus sur son site http://www.robertrickhoff.com/


mercredi 10 octobre 2012

Qui pour programmer l'obsolescence ?






Mythe ou réalité ? Les industriels programment-ils les produits qu'ils conçoivent pour une durée de vie volontairement limitée ? Les avis sont partagés. Les uns militent pour, effectivement, une forme de consumérisme qui friserait le complot (voir la vidéo http://www.youtube.com/watch?v=0VwCPQ7iLwc), alors que d'autres, plus modérés, peut-être plus optimistes (certains les traiteront de naïfs ...), pensent que cette obsolescence si souvent pointée du doigt n'est que le fruit d'une évolution de nos envies, de nos habitudes et de notre mode de vie, au contraire plutôt mal contrôlés ...

Wikipedia semble lui aussi quelque peu partagé sur le sujet. Il nous donne une définition qui semble d'emblée pointer le côté organisé et volontaire de l'obsolescence : "L'obsolescence programmée (aussi appelée « désuétude planifiée ») regroupe l'ensemble des techniques visant à réduire la durée de vie ou d'utilisation d'un produit afin d'en augmenter le taux de remplacement. La demande ainsi induite profitera au producteur, ou à ses concurrents – ce qui explique certains cas de cartels.", mais la suite de la définition nous amène tout de même à s'y pencher de plus prêt :"Cette stratégie n'est pas sans risques : elle implique un effort de recherche et développement, n'allant pas toujours dans le sens d'une amélioration du produit. De plus, elle fait courir un risque à la réputation du fabricant (son image de marque) ; enfin, elle implique un pari sur les parts de marché futures de la firme (sur les produits de remplacement)."

Si volonté il y a de la part des industriels de limiter la durée de vie de leurs produits, ils prennent effectivement d'énormes risques. Dans un monde où semble s'être installée une véritable bipolarité entre ceux qui, d'un côté, se positionnent sur le registre du "low cost", et ceux qui, de l'autre, promettent que leur produit, certes plus cher, est le plus fiable et le plus robuste, je ne vois personnellement pas de place pour cette "désuétude planifiée". Je ne pense pas que les industriels "low cost" aient les moyens de réfléchir et de mettre en place les solutions pour programmer une quelconque fin de vie. Je ne crois pas que ceux qui se positionnent sur des gammes supérieures, aient intérêt à jouer sur ce terrain de la fiabilité qui reste, dans bien des cas, le seul qui leur permet de tirer leur épingle du jeu.

N'est-ce pas une vue de notre esprit sempiternellement habitué au "c'était mieux avant" que de penser que les biens d'aujourd'hui durent moins longtemps ? Pensez-vous qu'une voiture de moyenne gamme d'il y a 40 ans avait la moindre chance de rouler plusieurs centaines de milliers de kilomètres, alors que son moteur nécessitait beaucoup plus d'entretien que ceux d'aujourd'hui, s'essoufflait passablement au bout de la première centaine de milliers de kilomètres et que ses tôles rouillaient et perçaient inévitablement après 10 années de bons et loyaux services ?

Et pourtant, force est bien de constater que nous sommes amenés à nous séparer de nos biens sans doute beaucoup trop vite. La durée de vie moyenne d'un téléphone portable, ou plutôt devrais-je dire la durée de possession d'un téléphone portable , n'excède pas 18 mois, bien avant que sa véritable durée de vie, au sens fonctionnel, n'arrive à son terme. Nombre de ces appareils dorment dans nos tiroirs après quelques mois de bons et loyaux services, certains patientant sur les étagères virtuelles de sites de ventes en ligne, dans l'espoir de retrouver une seconde vie ... Et ce ne sont pas les ingénieurs de chez Apple, Samsung et consorts, qui ont programmé cette pauvre vie pour des objets que nous chérissons pourtant énormément. Si programmation il y a dans cette obsolescence beaucoup trop rapide, elle n'est pas à imputer aux fabricants. En tous les cas pas dans le sens où certains voudraient bien nous emmener ...

L'obsolescence programmée est le résultat malencontreux de trois facteurs qui, petit à petit, années après années, ont contribué, chacun à leur juste valeur, à cet état de fait que plus personne ne semble vouloir remettre en question malgré les quelques voix (de plus en plus nombreuses ?) qui s'élèvent de ci de là en pointant l'énorme gâchis environnemental et sociétal engendré au passage.

Le premier facteur ayant contribué à l'avènement de l'obsolescence programmée est le marketing. Hou le vilain ... Il nous a appris à en vouloir toujours plus, nous a donné envie d'acheter les centaines de nouveaux produits qui sortent chaque jour, a rendu notre dernier achat immédiatement dépassé et a fourni des armes imparables aux industriels pour nous faire rêver et surtout que ce rêve ne s'arrête jamais.

Le second facteur se niche dans la technologie. Mais pas en pensant que l'électronique peut être programmée pour une durée de vie bien précise, mais parce qu'elle évolue beaucoup trop vite et rend ainsi le système d'hier aussitôt supplanté par celui d'aujourd'hui en offrant des fonctionnalités inégalées que l'on ne pensait pas possible jusqu'à présent. Toutes les industries ont leur fameuse loi de Moore qui stipule qu'à intervalle régulier une technologie double ses performances pour un coût identique (18 mois pour l'informatique).

Le troisième facteur se cache dans notre système économique et plus précisément dans l'extrême facilité avec laquelle nous, consommateurs, avons accès à l'emprunt. Depuis des décennies maintenant, notre pouvoir d'achat est artificiellement gonflé et nous pouvons depuis longtemps accéder à des biens même si nous n'en avons pas réellement les moyens. Plus besoin d'économiser pour s'offrir la dernière version de tel ou tel appareil high-tech. Plus besoin d'attendre que ses économies aient été renflouées pour pouvoir remplacer sa vieille automobile ... Les banques sont là pour nous permettre l'achat que le marketing et la technologie nous ont conjointement livré sur un plateau.

Non, l'obsolescence n'est pas programmée, elle est conditionnée.

dimanche 7 octobre 2012

Un autre logo bien discret ...






La mode en matière de logos semble être à l'épuration, à la sobriété, au classicisme et au sérieux ... Nous en avions déjà eu un exemple avec Microsoft (voir http://sedifferencierdesesconcurrents.blogspot.fr/2012/09/un-logo-bien-discret.html), et voilà qu'ebay rentre également dans ce "moule" de la mise à l'équerre ...


lundi 1 octobre 2012

Eureka !

La bosse du commerce existe-t-elle vraiment ? Quel est donc le secret de ceux qui transforment systématiquement en or tout ce qu'ils touchent ? Quelle est donc la recette d'un business fructueux ? Certains évoquent à ce sujet la chance, d'autres l'opportunisme, ou encore le flair. On parle beaucoup plus rarement du talent de visionnaire et encore moins de la nécessaire prise de risque inhérente à toute forme d'entrepreneuriat. Etre visionnaire ce n'est pas faire acte de voyance. Prendre des risques ne consiste pas à foncer tête baissée sur la première idée qui se présente. Les bons visionnaires qui savent prendre des risques à bon escient sont ceux qui savent s'imprégner de l'air du temps et qui savent ainsi déceler parmi les centaines de signaux qui se proposent à chacun d'entre nous ceux qui méritent que l'on s'y attarde un peu plus que les autres. Ceux qui réclament un produit, un service que personne ne peut encore offrir, et que pourtant tout le monde attend ...
Il s'agit donc de concevoir, de fabriquer et de vendre une originalité qui démarquera votre produit ou service de ceux de vos concurrents. Seuls ceux qui savent regarder autour d'eux et repérer quels consommateurs sont insatisfaits et pour quelles raisons, parviennent à vraiment innover. Ceux qui comprennent quelle fonctionnalité doit être ajoutée à tel ou tel produit, quel manque reste à combler, ou quelle difficulté peut être éradiquée, sortent leur épingle du jeu.
Pour innover, il est nécessaire d'observer. Il est nécessaire de s'imprégner des tendances du moment. Je vous ai déjà livré ces derniers mois un certain nombre de tendances, partagées et commentées par plusieurs experts. (voir http://sedifferencierdesesconcurrents.blogspot.fr/2011/07/letude-des-tendances-mondiales-nous.html et http://sedifferencierdesesconcurrents.blogspot.fr/2011/07/en-complement-de-mon-analyse-sur-les.html) Mes récentes lectures me permettent ici de rajouter 3 tendances qu'il ne faut sans doute pas négliger :

1- Privilégier l'être et moins le paraître
Ce que d'autres ont décrit comme le souhait d'exister plus et mieux en possédant moins. L'apologie de l'usage et non de la propriété. Des centaines de services de partages ou de location entre particuliers ont déjà vu le jour ces derniers temps, et des centaines d'autres sont encore à inventer. Les sites de location de voitures entre voisins en sont la parfaite illustration. (voir par exemple : http://www.voiturelib.com/)

2 - La mise à nue
Les réseaux sociaux ont eu raison de la vie privée de nombre d'entre nous. Idem pour la géolocalisation. Idem pour les ventes en ligne et leurs listes d'achats minutieusement enregistrées. Il faut se faire une raison ; tout le monde sait tout sur tout et en particulier sur tout le monde ... Vous en voulez la preuve ? Regardez donc cette petite vidéo : http://www.viadeo.com/iframe/?action=shareIt&shareItId=0021j9uiyjb5uqs2&iframeUrl=http%3A%2F%2Fgolem13.fr%2Fune-banque-belge-fait-le-buzz-avec-son-gourou-qui-lit-dans-vos-pensees%2F

3- Des lieux et des ambiances enchantés
En passant de bistrots ou restaurants à thèmes plus ou moins enchanteurs, à la puissance de la réalité virtuelle et de ses applications de plus en plus nombreuses et diverses, au succès relancé de la littérature féérique ou à la restauration et la mise en valeur de lieux que l'on pensait oubliés depuis des lustres, les exemples ne manquent pas de notre volonté de voir notre quotidien justement sorti de son quotidien peut-être trop quotidien et terre-à-terre ...
Un exemple de cette réalité que l'on souhaite de plus en plus souvent magique sur : http://publigeekaire.com/2009/06/10-applications-concretes-de-la-realite-augmentee/

Ces tendances, auxquelles il convient de rajouter celles par ailleurs déjà détaillées (l'environnement, le jeunisme, et l'envie de créer), ont donné lieu récemment à un exercice de style peu banal de la part  de l'APCE (Agence Pour la Création d'Entreprises) qui nous livre près de 500 idées de nouveaux business pour pouvoir coller à ces attentes pas toujours si faciles à décrypter. Notons tout de même que l'APCE prend bien soin de nous avertir sur le fait qu'elle ne cautionne pas nécessairement la viabilité de toutes ces idées. Il ne faut tout de même pas oublier l'inévitable prise de risques propre à tout bon succès story  ...


1. “Autopartage” : location de voitures pour quelques heures 
2. Chasseurs “d’air du temps” qui analysent les courants et tendances 
3. Coaching parental 
4. Concept d’auto-partage 
5. Dépôts-vente, brocantes, cash, solderies et sites de vente sur internet... 
6. Le marché du “bien-être” 
7. Librairie-roulotte proposant exclusivement des ouvrages de contes et légendes 
8. Livraison d’apéros et amuse-gueules à domicile 
9. Livraison de plats à domicile entre 22H30 et 5H00 du matin 
10. Logiciel de stimulation cognitive “Memo-Technik” à l’attention des personnes de plus de 40 ans 
11. Magasin de bricolage ne proposant que des produits et matériels de construction écologiques 
12. Marché du solaire thermique 
13. Mise en relation de “recycleurs” pour échanger et négocier des objets en ligne 
14. Prestations de services à l’attention des télétravailleurs 
15. Procédé Watex (water exploration), qui permet, grâce à différentes techniques d’imagerie, de rechercher des réserves d'eau renouvelables
16. Salon de thé itinérant
17. Services “100 % écologiques” 
18. Services de boucher à domicile pour les professionnels et les particuliers 
19. Site Internet de décoration dont les produits sélectionnés sont présentés avec une adresse pour les trouver localement
20. Transport express de produits frais 
21. Vente en ligne de produits de snacking bio et diététiques 
22. “Appartements services” : location (ou vente) d’appartements en proposant des prestations de luxe : voiturier,
réservation de tables au restaurant ou de places de théâtre, organisation de repas... 
23. “Coach déco”
24. “Cradle to cradle”, les mille et une vies des objets 
25. “Crowdsourcing” : fédérer et rémunérer les compétences des internautes qui peuvent soumettre leurs idées, les
noter et ceci jusqu’à l’aboutissement d’un produit fini qui sera proposé à la vente si le nombre de promesses
d’achat permet de rentabiliser l’opération 
26. “Nettoyeur du net”
27. Accompagnement des particuliers et des petites entreprises dans leurs démarches administratives 
28. Achats en ligne avec soutien d’une association (Soliland) 
29. Activités sportives, culturelles et de loisirs pour parents avec leurs enfants. 
30. Agence de style cherchant à capter les tendances, à décrypter les phénomènes de société
31. Agence de voyages à domicile 
32. Agence de voyages pour malvoyants 
33. Agence d’événementiel spécialisée dans les fêtes de rupture 
34. Agence web équitable spécialisée dans la création de sites internet, le e-marketing et le conseil web
35. Albums à stickers personnalisés pour les petits 
36. Amélioration de l’accessibilité des personnes handicapées 
37. Appareil de poche permet la traduction instantanée vocale ou en braille d’un texte écrit dans sept langues différentes 
38. Appartements modulables, composés de quatre pièces et disposant de deux portes palières, permettant de
diviser l’appartement en deux. 
39. Art de la table écologique (bambou) 
40. Artistes conteurs 
41. Assistance des internautes dans le choix de leur fournisseur d’accès à internet 
42. Assistance personnelle à domicile, pour classer les papiers administratifs et autres factures, faire des démarches
administratives... 
43. Atelier culinaire proposant aux clients de préparer un repas, seul ou à plusieurs, en se basant sur différentes
recettes pour chacun des plats 
44. Atelier itinérant de peinture et de dessin 
45. Ateliers créatifs pour enfants 
46. Ateliers-boutiques proposant des vêtements uniques faits sur mesure 
47. Auto-formations gratuites dans différents domaines : cuisine, bricolage, jardinage, décoration... 
48. Baby-speaking pour faire garder ses enfants dans une autre langue 
49. Balançoire dont le mouvement est transformé en énergie 
50. Bar “low cost” 
51. Blogs consacrés aux loisirs créatifs 
52. Boîte de nuit “écolo” 
53. Bons de réduction sur internet 
54. Boutique de soins pour hommes 
55. Boutique de spa mobile 
56. Boutique en ligne de mode éthique et écologique pour les 0 à 8 ans 
57. Boutique en ligne dédiée aux accessoires pour la tête : bonnets, chapeaux, casquettes, bandeaux, casques audio... 
58. Boutique spécialisée dans la livraison à domicile de burgers 
59. Boutiques consacrées à un produit ou à un thème unique 
60. Boutiques éphémères 
61. Bureau d’étude spécialisé dans l’éclairage 
62. Cabanes fixées dans les arbres 
63. Cabine intelligente, système de lévitation des produits, nouveau système de climatisation/chauffage/réfrigération,
outil de gestion d’accueil personnalisé, logiciel de sécurité, détecteur de comportements suspects, caisse libre-
service chariot ou encore système de contrôle de l’éclairage... 
64. Cadeaux d’entreprise originaux 
65. Café destiné à accueillir les parents ayant de jeunes enfants 
66. Café familial ayant pour particularité d’accueillir les enfants le soir après l’école 
67. Café laverie 
68. Café librairie, lieu de vie pour échanger avec d’autres sur certains sujets 
69. Café-boutique (Cristal Shop) pour vendre de la musique et des boissons issues du commerce équitable 
70. Café-salon destiné aux parents avec enfants 
71. Cafetier ambulant 
72. Camping dans les arbres 
73. Canicrèche 
74. Capteurs solaires intégrés à la gouttière d’une habitation
75. Cardinal Jardin, premier réseau de paysagiste designer 
76. Centres de relaxation dans les quartiers d’affaires pour les salariés souhaitant se reposer et décompresser àl’heure du déjeuner 

77. Chaîne de cliniques pour soins bénins sans rendez-vous (concept américain) 
78. Chaîne de location de courte durée de meubles et d’appareils électroniques (concept américain) 
79. Chaîne de réparation minute de montres et bijoux (franchise américaine) 
80. Chaine de restaurants californienne axée sur le développement personnel (présentation vidéo) 
81. Chasseur d’appartements 
82. Club de gym pour entretenir la mémoire 
83. Club de sport autour de l’univers de la boxe 
84. Clubs de gymnastique en salle exclusivement réservée aux femmes 
85. Coaching pour les parents d’élèves désemparés 
86. Coaching pour parents 
87. Coffret proposant des heures de coaching 
88. Coffrets cadeaux donnant accès à des produits et non à des services 
89. Commercialisation du “Vino cacao”, une boisson à base de vin et de chocolat : 
90. Commercialisation de “Boites à feu” composée de papier recyclé qui s’enflamme avec une simple allumette
(concept américain) 
91. Commercialisation de capteurs solaires démontables permettant de chauffer l’eau des piscines 
92. Commercialisation de coffrets cadeaux à thèmes (séance de thalasso, dégustation de vins, vol en montgolfière,
matinée au volant d’une Porsche) 
93. Commercialisation de dalles synthétiques non polluantes permettant de fabriquer des patinoires Ecogliss 
94. Commercialisation de distributeurs automatiques de produits bio 
95. Commercialisation de fûts en carton, sous l’appellation RFD (Recyclable fibre drum), totalement recyclable 
96. Commercialisation de petits capteurs solaires 
97. Commercialisation de produits de beauté intégrant des matières premières issues des arbres, de la fleur à la racine 
98. Commercialisation de produits destinés aux soins et plaisirs intimes 
99. Commercialisation de vin rouge sans alcool 
100. Commercialisation de yaourts aux légumes 
101. Commercialisation d’huiles essentielles de haute qualité, offrant une très bonne tolérance cutanée 
102. Commercialisation du scooter électrique pliable 
103. Commercialisation du thé à la menthe prêt à la consommation sans colorant, ni conservateur 
104. Commercialisation d’un bac potager en bois surélevé équipé de roulettes, destiné aux personnes âgées et aux
citadins souhaitant jardiner facilement 
105. Commercialisation d’un système infrarouge et de caméras pour compter le nombre de participants à une mani-
festation économique ou culturelle ou encore le nombre de personnes entrant dans un magasin 
106. Commercialisation d’une céramique sans cuisson 
107. Commercialisation d’une solution permettant aux installateurs de panneaux solaires de réaliser un audit énergé-
tique sur mesure 
108. Commercialisation d’une technologie permettant de payer ou de retirer de l’argent avec un téléphone mobile 
109. Commercialiser de panneaux photovoltaïques à installer sur les toits plats et qui suivent les mouvements du soleil 
110. Concept “Chauffeur à toute heure” 
111. Concept “ecoresort”: hôtellerie de luxe offrant des prestations haut de gamme à leurs clients tout en préservant
l’environnement naturel et social
112. Concept américain de cuisine d’assemblage
113. Concept de “Forme en ferme” 
114. Concept de bureau mobile : véhicule de location, avec chauffeur, aménagé en salle de réunion mobile 
115. Concept de café “minibar” 
116. Concept de restauration autour de la brochette 
117. Concept de soutien scolaire proposant des cours et des corrections sur internet 
118. Concept de téléphone accessible aux personnes malentendantes 
119. Concept de vente d’articles de sport pour femmes, avec parcours de santé gratuit proposé dans la ville 
120. Concept du magasin éphémère, ouvert pour une durée limitée 
121. Concept du m-commerce : vente par l’intermédiaire du téléphone portable 
122. Concept Flowerbox : objet permettant de fixer horizontalement des pots de fleurs sur un support mural pour en

faire un objet de décoration 
123. Conception et assemblage de tricycles à assistance électrique à usage professionnel
124. Conception et commercialisation de cabanes-bureaux pour les télétravailleurs possédant un jardin 125. Conception et réalisation de maisons écologiques en paille de riz 
126. Conception/vente de vêtements adaptés aux personnes diabétiques insulinodépendantes 
127. Conseil, assistance pour les particuliers qui ont des projets en matière d’environnement : récupération d’eau,

compostage, éclairage solaire... 
128. Conseils pour soigner sa e-réputation 
129. Construction de maisons “basse consommation” 
130. Construction de maisons à partir de modules 
131. Construction de maisons en paille et en bois 
132. Construction de piscines à épuration biologique (utilisation de végétaux dans l’élimination des nitrates ou des
phosphates) 
133. Consultant indépendant en librairie 
134. Convertisseur de monnaie en bons d’achat 
135. Couche Hamac, brevetée et lavable et jetable à la fois 
136. Cours de “drague” : conseils donnés aux hommes pour séduire 
137. Cours de danse 
138. Cours de danse à domicile 
139. Cours de yoga exclusivement réservés aux hommes 
140. Coursier à vélo 
141. Courtier en formation professionnelle 
142. Courts séjours personnalisés pour découvrir une ville 
143. Couverture de bâtiments industriels de panneaux solaires 
144. Création de marques conceptuelles proposées en exploitation sous licence 
145. Création de murs végétaux 
146. Création de spas haut de gamme sur mesure 
147. Création du mur végétal dépolluant 
148. Crèches en appartement 
149. Croisières alternatives 
150. Cuisine à domicile des plats africains et créoles 
151. Culture d’algues 
152. Débarras de garages, greniers, appartements (concept américain)
153. Déchèterie mobile 
154. Déchetteries destinées plus particulièrement aux artisans du bâtiment 
155. Décoration de meubles d’enfants avec des supports en PVC imprimés de motifs pour enfants et fixés avec
des pastilles auto-accrochantes 
156. Des chambres d’hôtel dans des conteneurs 
157. Détection de fuites d’eau au service des particuliers, des entreprises et des collectivités 
158. Développement de nouveaux formats publicitaires spécifiques aux blogs (article sponsorisé par exemple) 
159. Diffusion de bornes d’appel pour les malvoyants 
160. Diffusion d’une “trousse pratique” de produits et services pour passer le cap de la retraite 
161. Distributeur automatique de bouquets de fleurs 
162. Distributeur automatique qui permet d’acheter du lait provenant de la traite du matin 
163. Distributeurs automatiques de repas asiatique 
164. Distribution de paniers de fruits et légumes bio 
165. Distribution gratuite de bloc-notes aux étudiants 
166. Eclairage urbain écologique 
167. Eco-lotissement 
168. Encourager le recyclage 
169. Entreprise de déménagement à vélo 
170. Entreprise de déménagement employant des équipes mixtes d’intérimaires masculins et féminins 
171. Entreprise de mécanique générale et de nettoyage écologique à domicile 
172. Entreprise de ménage écologique et durable en utilisant des produits d’origine végétale et biodégradables 
173. Entreprise de service de nettoyage et de réparation des textiles pour chevaux 
174. Epicerie ambulante 
175. Epicerie fine de produits spécialisés et organisation de repas à domicile 
176. Equipements de la maison écologique : poêle à bois, chaudière à condensation, cuisinière à bois, produits
de nettoyage, chauffe-eau, électricité solaire, Kit terrasse... 
177. Espace salon de thé associé à un espace vente de bijoux et autres accessoires de mode 
178. Exploitation d’automates de gestion des consignes des portables 
179. Exploitation de “campings-nature” ouverts au cœur de sites naturels exceptionnels 
180. Exploitation de bornes permettant de liquider la petite monnaie et d’obtenir en échange des bons d’achat
(concept américain) 
181. Exploitation de centres permettant de faire la sieste 
182. Exploitation de cuiseurs-distributeurs de baguette 
183. Exploitation de distributeurs automatiques de pizzas 
184. Exploitation de machines à glace automatisées (concept américain) 
185. Exploitation des algues vertes 
186. Exploiter un site de rencontres ouvert aux personnes handicapées 
187. Fabrication de cintres écologiques 
188. Fabrication de cintres personnalisables et écologiques 
189. Fabrication de lunettes 3D 
190. Fabrication de panneaux végétaux 
191. Fabrication et la vente de pizzas biologiques et écologiques (présentation 
vidéo) 
192. Fabrication et vente de distributeurs automatiques et de fontaines à eaux 
193. Fabrication et vente de matelas écologiques
194. Faire décider les internautes de la production de tels ou tels artistes 
195. Fast-food servant des spécialités africaines traditionnelles 
196. Fast-food végétarien proposant des hamburgers et des hot dogs au soja 
197. Fast-foods haut de gamme
198. Forfait d’assurance au kilomètre 
199. Garages en libre-service 
200. Grand magasin virtuel proposant des emplacements accessibles à la location pour tous les commerçants,
petites ou grandes enseignes 
201. Guides de voyages pour les enfants 
202. Gym douce en plein air 
203. Home staging : réaménagement ou redécoration d’appartements et de maisons à vendre pour les rendre plus
attrayants 
204. Home staging ; mettre en valeur un appartement ou une maison avant leur mise en vente 
205. Hôtel mobile temporaire 
206. Incubateur permettant à de jeunes entreprises de restauration d’utiliser du matériel professionnel et de bénéficier
de conseils juridiques (concept américain) 
207. Installation d’automates convertisseurs de monnaie, à l’entrée des grandes surfaces 
208. Installation de capteurs dans les appartements de personnes âgées pour vérifier leur état de santé, leur mobilité
ou leur appétit 
209. Installation de panneaux d’information (spectacles, météo) dans les ascenseurs 
210. Installation de présentoirs intelligents 
211. Installation de robots et webcams chez les particuliers désireux de surveiller à distance leur domicile 
212. Installer des distributeurs automatiques haut de gamme 
213. Kit “l’Endormi” permettant d’équiper les coffres des voitures utilitaires pour en faire des camping-cars 
214. Kits de création de cuisine moléculaire Lire les brèves 
215. La mode canine 
216. La tendance du bon, du beau et du bio 
217. Lampe solaire à usage domestique et industriel 
218. Lancement d’un service de berlines éco-chics à Paris
 219. Lancement d’une ligne de vêtements sur lesquels les étiquettes donnant des informations techniques (marque,
couleur, lavage...) sont écrites en braille 
220. Lancement d’une nouvelle gamme de produits surgelés destinée aux personnes devant suivre un régime particulier 
221. Lavage automobile écologique 
222. Lavage de voitures sans eau 
224. Le “bar à pâtes” 
225. Le “snacking plaisir” : pour la pause déjeuner 
226. Le 1er centre commercial solidaire 
227. Le boom des produits en garde partagée 
228. Le cabanon de luxe 
229. Le fast food de jus de fruits : cocktails proposés à la carte, accompagnés de bretzels aux pommes ou de barres
au miel (concept américain) 
230. Le géocaching, chasse au trésor moderne 
231. Le jardin urbain 
232. Le marché de la voiture électrique
233. Le marché du 3ème âge 
234. Le tourisme médical (concept américain) 
235. Le véhicule polyvalent ville-loisirs 
236. L’épicerie “finaude” 
237. Les métiers liés à l’environnement 
238. L’hôtellerie de demain : high-tech, écologique, ... 
239. Librairie-salon de thé spécialisée dans la vente de livres audio 
240. Lieu d’accueil, dans la journée pour personnes âgées (présentation vidéo) 
241. Livraison à domicile d’apéritifs 
242. Livraison à domicile de menus destinés à des personnes devant suivre un régime alimentaire strict 
243. Livraison à domicile de repas préparés par des restaurateurs 
244. Livraison à domicile ou au bureau de petits déjeuners 
245. Livraison d’apéritifs à domicile 
246. Livraison de boissons à domicile 
247. Livraison de plats chauds entre 22h30 et 4 heures du matin 
248. Livraison de spots de pub télé par Internet 
249. Livraison gratuite à domicile d’aliments pour chiens et chats 
250. Livraisons de petits-déjeuners dans les entreprises et chez les particuliers 
251. Livrer à vélo les clients d’une grande surface 
252. Location d’accessoires de luxe (robes de soirée, bijoux, sacs griffés...)
253. Location de consoles de jeux vidéo
254. Location de décors de tables aux particuliers et professionnels
255. Location de jouets et vêtements pour enfants
256. Location de maisons écologiques
257. Location de petites voitures décapotables
258. Location de petits vans transformés en camping cars
259. Location de véhicules sans permis
260. Location de voitures à l'heure
261. Location de voitures anciennes de collection
262. Location de voiturettes, boutiques pour seniors, fitnesslow-cost ...
263. Location d’un véhicule pour une courte durée (une heure ou une journée) 
264. Location temporaire d’appartements meublés 

265. Louer des garages à vélo urbains et sécurisés 266. Louer des magasins dans un centre commercial... à la semaine 
267. Maillots de bain isothermes 
268. Maisons vertes 
269. Marché des téléphones mobiles adaptés aux personnes âgées 
270. Marché du diagnostic de performance énergétique 
271. Méthode novatrice pour perdre du poids 
272. Meubles pour enfants 
273. Mise à disposition des salariés d’entreprises d’une flotte de véhicules en libre service (pour réduire le coût des

déplacements professionnels) 
274. Mise à disposition d’ordinateurs pour les salariés souhaitant suivre une formation à distance
275. Mise en relation de personnes désirant faire du covoiturage 
276. Moto-taxi 
277. Multi-activités et loisirs pour enfants âgés de 3 à 12 ans 
278. Nettoyage de voitures sans eau, avec des produits biodégradables à base d’agrumes et d’huiles essentielles. 
279. Nettoyage de voitures, pour les professionnels comme les particuliers, sans eau, à l’aide de produits biodégradables
à 98 % 
280. Nettoyages et décapages écologiques 
281. Nouveau concept de cadeaux professionnels 
282. Nouveau concept de coffret-cadeau proposant des produits physiques et non des services 
283. Nouveau concept de galerie d’art accessible à un plus grand nombre d’amateurs de peinture 
284. Nouveau concept de magasins spécialisés dans la nutrition pour chiens, chats et rongeurs 
285. Nouveau concept de site de recrutement en ligne 
286. Nouveau concept du chèque cadeau utilisable sur Internet (le maxi chèque) 
287. Nouveau matériaux isolants pour la construction de maisons 
288. Nouveau produit : le Kiwicru, boisson naturelle fermentée à base de kiwi 
289. Nouveau produit permettant de stopper les eaux en cas d’inondation 
290. Nouveaux concepts culinaires 
291. Nouveaux concepts de restauration : cuisine participative, cuisine de chefs en Kit, restaurant citoyen, restaurant
à desserts... 
292. Nouveaux mélanges originaux d’épices 
293. Nouveaux métiers créés par l’intelligence économique : veilleur, analyste, auditeur en intelligence économique,
consultant en intelligence économique, éditeur de logiciels d’intelligence économique, lobbyiste, ... 
294. Nouveaux métiers du recrutement 
295. Nouveaux produits ou service pour personnes âgées (Japon) 
296. Nouvel outil de communication pour rompre l’isolement des personnes âgées 
297. Nouvelle franchise baptisée “Déménager seul” qui a pour objet de fournir matériels et conseils aux particuliers
qui souhaitent déménager seuls. 
298. Nouvelles enseignes de coiffure à petit prix : Tchip Coiffure, Coiff&Co ou encore Self’Coiff 
299. Nouvelles franchises proposant des produits bio et diététiques en restauration rapide 
300. Nouvelles tendances en matière d’économie d’énergie, de traitement et recyclage des déchets, de production
de produits bio 
301. Offre de photocopies gratuites pour les étudiants 
302. Offre de services pour les enfants des clients d’hôtels : chambre décorée à leur goût, aire de jeux, jouets, télévision
et vidéos, déguisement 
303. Offre de services pour répondre aux nouveaux besoins techniques d’entreprises qui souhaitent développer leurs
ventes par le biais d’internet 
304. Offre de sports pratiqués dans le noir 
305. Organisation de “Divorce party” 
306. Organisation de “réception-hommage” lors d’obsèques 
307. Organisation de concerts privés chez l’habitant 
308. Organisation de repas à domicile 
309. Organisation de stages et cours pratiques de cuisine 
310. Organisation de vente de vins à domicile 
311. Organisation de visites touristiques de grandes villes en jogging
312. Organisation, pour les entreprises, d’évènements conviviaux, ludiques, d’une demi-heure maximum, pour permettre aux salariés de se connaître et d’échanger, de les valoriser et les fidéliser
313. Organismes “compensateurs” (dépollution volontaire) 
314. Orientation des jeunes après Bac 
315. Ouverture d’une académie de formation aux métiers des énergies renouvelables 
316. Papeterie grand public spécialisée en ligne 
317. Paris sportifs 
318. Parpaing en bois massif issu du recyclage 
319. Parrainage de ruches entretenues par des apiculteurs professionnels 
320. Paysagiste aquatique 
321. Peinture sur vêtements pour enfants 
322. Peintures écologiques haut de gamme 
323. Personnalisation de boules de pétanque 
324. Personnalisation de gâteaux pour en faire des objets de communication 
325. Personnalisation de meubles Ikea 
326. Phytothérapie animale 
327. Piscine à vagues pour surfeurs 
328. Portail d’information sur le secteur de la 3D 
329. Pose de tapis végétaux sur les toits 
330. Pose de toitures en bois 
331. Potager pour citadins 
332. Poubelles solaires 
333. Poulaillers en kit pour les citadins 
334. Préparation du diner du soir en self service (concept américain : Dream Dinners) 
335. Pressing écologique 
336. Pressing mettant à la disposition de ses clients, 24 H/24 H, des casiers dans lesquels ils peuvent déposer leur linge sale 
337. Prestation globale permettant de gérer une boutique dématérialisée 
338. Prestations de publicité dédiée aux magasins de proximité 
339. Prestations de publicité pour des supports “écolos”, tels que le bois, le sable ou l’herbe 
340. Prestations de service basées sur le poker et dédiées aux entreprises 
341. Prévention des risques psychosociaux en entreprise 
342. Production de disques : proposition d’investir dans un album en cours d’élaboration 
343. Produits biologiques dans les gammes de produits alimentaires pour les animaux 
344. Produits de luxe pour animaux 
345. Produits en plastique d’origine végétale 
346. Projection de films accompagnés de commentaires, débats, goûters ou concerts et réunissant adultes et enfants 

347. Proposer des romans-feuilleton sur mobile 
348. Proposer des services d’auto-partage 

349. Proposer des solutions comportant un accès wi-fi et un service de location de netbooks aux professionnels,
commerçants... 
350. Proposer un service de raccompagnement des invités en toute sécurité 
351. Proposer un service spa au sein même d’une maternité 
352. Proposer une publicité écolo à base de mousse et d’hélium 
353. Réalisation de décors muraux pour les chambres d’enfants
354. Réalisation de décors urbains virtuels 
355. Réalisation de demandes en mariage extravagantes 
356. Réalisation et commercialisation de plats préparés biologiques non allergènes 
357. Réalisation pour les familles de “films de vie” 
358. Recettes de cuisine en kit, à réaliser chez soi 
359. Récupération de déchets d’emballage, bois, cartons, plastiques... 
360. Récupération de piles et d’accumulateurs 
361. Récupération d’eau de pluie 
362. Récupération des eaux pluviales 
363. Récupération d’huiles alimentaires usagées (pour les transformer en biocombustible) 
364. Recyclage de planches de surf ou de skate usagées 
365. Recyclage de voiles de bateaux 
366. Réédition de titres classiques de la littérature pour enfants devenus indisponibles 
367. Regroupement de résidence seniors services et maison de retraite médicalisée 
368. Réinvention du concept de couches lavables 
369. Réseaux de franchises étrangères qui devraient prochainement se développer en France 
370. Résidences pour séniors 
371. Restaurant itinérant 
372. Restaurant pour enfants 
373. Restaurants proposant massages et sieste ou permettant de prendre son déjeuner allongé à la mode romaine 
374. Restauration rapide à base de verrines 
375. Restauration rapide spécialisée dans la vente à emporter de pâtes 
376. Retour de la tradition des fiançailles 
377. Revente de billets de trains ou d’avion à prix réduit ne pouvant être ni échangés, ni remboursés. 
378. Salles de bains écologiques et recyclables 
379. Salon de beauté “multiservices” : coiffure, maquillage, soins corporels, massages, relooking... 
380. Salon de thé à domicile 
381. Salons professionnels virtuels 
382. Self garage automobile : location de l’emplacement, de l’outillage et vente de pièces détachées 
383. Service d’accueil pour les parents âgés et dépendants de salariés 
384. Service de blanchisserie à la semaine (mise à disposition de grandes boites en plastique faisant office de
“bac à linge sale” 
385. Service de communication par sms pour les groupes 
386. Service de lavage de voitures avec des lingettes réutilisables et imbibées de produits spécifiques pour nettoyer
et faire briller les carrosseries 
387. Service de lavage et livraison de couches à domicile 
388. Service de location de robes et d’accessoires de créateurs 
389. Service de pressing livré à domicile 
390. Service de toilettage d’animaux en libre-service 
391. Service de toilettage de chiens à domicile 
392. Service de vélos électriques en libre-service dans les entreprises pour les salariés 
393. Service permettant aux garagistes de constituer des dossiers électroniques, en prenant des photos numériques
des dommages constatés sur des véhicules 
394. Service privé de collecte et distribution de courriers
395. Services de géolocalisation 
396. Services de services à domicile 
397. Services dédiés aux jeunes parents désemparés 
398. Services innovants de formation et d’accompagnement, nécessitant une implication physique des personnes
accompagnées 
399. Services liées à la mobilité professionnelle 
400. Services Web pour les vignerons 
401. Sièges pour lutter contre l’obésité devant la télévision 
402. Site de partage de photographies sous la forme d’albums collaboratifs 
403. Site de ventes en ligne multimarques ciblant les marques tendances et les créateurs pointus 
404. Site internet de financement participatif 
405. Site internet destiné aux parents divorcés 
406. Site internet entièrement dédié aux touristes qui voyagent avec leurs animaux de compagnie (toutouristes) 
407. Site internet permettant aux adhérents de créer un réseau social virtuel 
408. Site internet pour les mères de famille souhaitant reprendre une activité professionnelle ou en changer 
409. Sites comparateurs de prix pour préparer son voyage 
410. Sites de rencontres spécialisés 
411. Soins à domicile (massage, soins esthétiques, diététique, entraînement sportif personnalisé’) 
412. Solutions de covoiturage pour les collectivités, les entreprises, les particuliers et les manifestations événementielles 
413. SOS Apéro : livraison à domicile de boissons alcoolisées ou non 
414. Soutien scolaire en ligne 
415. Spa et yoga pour reposer les yeux 
416. Spa pour ces animaux de compagnie 
417. Spa pour enfants, organisations de goûters, espaces de jeux, coiffeur pour enfants : commerces où l’enfant est roi ! 
418. Sport Impact : un nouveau concept permettant à un sponsor de rentabiliser son investissement 
419. Station de lavage en libre-service pour bateaux 
420. Station de taxis écologique 
421. Station-service pour vélo 
422. Stockage, sur Internet, de documents numériques 
423. Supérette pour les seniors 
424. Supermarché des enfants 
425. Supermarché entièrement dédié au bien-être 
426. Système d’échanges, avec traduction simultanée assurée par des experts interprètes qualifiés, permettant d’or-
ganiser une conférence sur le web 
427. Taxi pour chevaux
428. Taxis de luxe conduits par des femmes et exclusivement pour des femmes 
429. Taxis écologiques 
430. Taxis pour enfants 
431. Technologie capable d’indiquer en temps réel la disponibilité de places de parking dans la rue 
432. Technologie d’analyse des comportements des clients devant les spots publicitaires diffusés dans les magasins 
433. Tee-shirt qui se transforme en support de jeu

434. Téléphonie mobile 
435. Téléphonie mobile et de l’environnement 
436. Textile et développement durable
437. Tourisme durable : sorties sur le thème de la découverte des territoires ou sensibilisation à la préservation de l’environnement
438. Tourisme en side-car 
439. Tourisme solidaire : plus proche de la nature et des populations locales 
440. Traiteurs français 
441. Transformation de déchets en énergie verte 
442. Transformation de toiles cirées colorées en trousses, sacs à main et portes-monnaies 
443. Transport d’animaux domestiques 
444. Transsoler : abri solaire autonome permettant de recharger les batteries de deux-roues motorisés, de vélos avec
assistance au pédalage ou de fauteuils pour les personnes handicapées. 
445. Triporteurs de fruits et légumes 
446. Un nouveau créneau un créneau, né aux Etats-Unis dans les années 1990, qui se développe en France :
la mesure de l’influence des changements météorologiques sur l’activité économique 
447. Un nouveau métier : facility manager 
448. Une nouvelle activité dans le secteur des services aux entreprises, le “crowdsourcing” 
449. Une nouvelle tendance : impliquer les clients dans la création ou la confection des produits achetés en magasin 
450. Utilisation du bambou dans le bâtiment 
451. Utilisation d’un nouveau matériau plastique biodégradable 
452. Vacances éco-volontaires : les vacanciers peuvent profiter du milieu naturel tout en participant à des observations
et analyses de la faune et la flore, encadrées par des chercheurs. 
453. Vélo-taxi (tricycle à assistance électrique) 
454. Vendeur de café ambulant 
455. Vendre des assiettes en granit, qui gardent la chaleur 
456. Vendre des bijoux recyclés 
457. Vendre des cabanes personnalisables par les enfants 
458. Vendre des casques de vélo à la pointe de la mode 
459. Vendre des kits de secours “anti-bobos” relookés 
460. Vendre des produits rattachés au patrimoine économique national 
461. Vente à domicile de chaussures destinées aux personnes âgées 
462. Vente à emporter de “cornets de pâtes” 
463. Vente d’abris extérieurs pour fumeurs et de fumoirs 
464. Vente d’aquariums adaptables 
465. Vente de bons de réduction en ligne 
466. Vente de chaussures sur mesure 
467. Vente de cosmétiques naturels et bio 
468. Vente de déguisements, vente de stickers muraux, vente de produits de soins pour personnes âgées ...
Sites marchands tendance aux USA 
469. Vente de doudous équitables 
470. Vente de jeux et de sonneries à des utilisateurs de téléphones portables 
471. Vente de jouets de bureau (executive toys) 
472. Vente de jus de fruits (nouveau process de fabrication et de distribution) 
473. Vente de maison à ossature bois modulables, écologiques et accessibles 
474. Vente de matériels pour personnes handicapées 
475. Vente de petites voitures à pédales haut de gamme à construire soi-même
476. Vente de photos aériennes prises à partir d’un ballon gonflé à l’hélium 
477. Vente de produits bio destinés aux animaux 
478. Vente de produits dédiés au rangement, à la maison comme au bureau (concept américain) 
479. Vente de produits et services italiens 
480. Vente de sandwichs à 1 euro 
481. Vente de solutions d’essayage virtuel de lunettes sur ordinateur, par la technologie du miroir virtuel 
482. Vente de téléphones et services associés pour personnes âgées ou malvoyantes 
483. Vente de vélos électriques 
484. Vente de vêtements adaptés à la morphologie des femmes travaillant dans les secteurs de l’industrie ou
de l’agriculture 
485. Vente d’eaux de table haut de gamme en provenance du monde entier 
486. Vente et location de bandes dessinées 
487. Vente par internet d’étiquettes et d’autocollants destinés aux marquages des vêtements des enfants 
488. Vente, dans les pays émergents, de téléphones mobiles d’occasion 
489. Vêtements diffuseurs de bien-être (microcapsulation) 
490. Vin light et sans alcool 
491. Voitures à partager : location de voiture à l’heure (concept américain) 
492. Windkart : kart des mers 
493. Marché du transport à vélo.